ISO 27001

La plate-forme indépendante où l'on partage les expériences avec les médicaments

La plate-forme indépendante où l'on partage les expériences avec les médicaments

fichiers


Votre avis

Contraception

Il existe de nombreuses méthodes de contraception. Le choix d’une contraception est personnel, car chaque méthode a ses effets secondaires et l'une peut mieux convenir que l'autre. Il est important de comprendre qu'aucune contraception n'est fiable à 100%.

Ce sont les méthodes hormonales qui s'approchent le plus des 100% ; ceux qui ne demandent que peu d'interventions de la femme, comme l'implant et le stérilet, sont les plus fiables. La stérilisation est même moins fiable que la contraception hormonale, mais une fois effectuée il n'y a plus aucune influence extérieure pouvant agir contre sa fiabilité. Néanmoins, le caractère définitif de cette méthode peut être un inconvénient.

Récapitulons les différentes méthodes de contraception :

À prendre tous les jours

La pilule combinée (= la Pilule ; contient des œstrogènes et des progestatifs) et la pilule contenant uniquement des progestatifs sont à prendre tous les jours durant une période de trois semaines, suivi d'une semaine d'arrêt. Cette semaine d'arrêt provoque des saignements uniquement dus à cet arrêt. Le plus souvent ses saignements ont une durée plus courte et sont moins intenses que lors des règles dites normales. Chez la pilule combinée les progestatifs servent à la contraception et les œstrogènes à avoir un cycle menstruel normal de quatre semaines.

On peut distinguer ensuite différentes pilules selon la quantité d'hormones qu'elles contiennent :

  • La pilule mono phasique: Chaque pilule contient une même quantité d'hormones
  • La pilule tri phasique : La quantité d'hormones change toutes les semaines
  • La pilule quadri phasique : La quantité d'hormones change quatre fois durant le cycle

Puis on peut distinguer différents types d'hormones :

  • Pilule première génération ("normo dosée")
    Les pilules de cette catégorie contiennent 50 microgrammes (ou plus) d'œstrogènes et un progestatif.
  • Pilule deuxième génération ("minidosée")
    Les pilules de cette catégorie contiennent moins de 50 microgrammes d'œstrogènes et souvent le même type de progestatif que pour la première catégorie de pilules. Elles peuvent contenir les hormones lévonorgestrel, lynestrénol, noréthynodrel ou norgestimate comme progestatif.
  • Pilule troisième génération ("pilules sub-50")
    Les pilules de la troisième génération contiennent également moins de 50 microgrammes d’oestrogènes. Elles peuvent contenir du désogestrel ou du gestodène comme progestatif ou du norgéstimate.
  • Pilule quatrième génération
    Les pilules de la quatrième génération contiennent également moins de 50 microgrammes d’oestrogènes. Elles contiennent en plus du drospirénone comme progestatif.

La minipilule contient uniquement du progestatif.
La pilule injectable contient uniquement du progestatif également. Il n’y a aucun problème en cas de changement de pilule afin de découvrir laquelle vous convient le mieux. Dans ce cas, demandez toujours conseil à votre gynécologue.

La fiabilité de la pilule diminue lors d'un dérangement intestinal accompagné de vomissements et/ou de la diarrhée ou dans le cas où vous suivez un traitement contre l'épilepsie et des antibiotiques.

A faire une fois par semaine

Le patch contraceptif est un contraceptif sous forme de patch très fin. Durant trois semaines ce patch doit être changé une fois par semaine. La quatrième semaine la femme ne colle pas de patch ce qui provoque des saignements.
Le patch contraceptif contient les mêmes hormones que les pilules combinées : De l’œstrogène (dans ce cas éthinyléstradiol) et du progestatif (dans ce cas norelgestromin). Une dose de 20 microgrammes d’oestrogènes est libérée tous les jours. On peut comparer ce patch contraceptif à une pilule très faiblement dosée.
Chaque patch diffuse une dose régulière d’hormones à travers la peau durant une semaine. Ces hormones empêchent la grossesse de façons différentes. Ils empêchent l’ovulation et font épaissir les glaires dans le col de l’utérus évitant ainsi le passage des spermatozoïdes.
On peut poser le patch sur le haut du bras, sur la fesse, sur le ventre ou sur l’épaule. Il est DECONSEILLE de poser le patch sur les cuisses ou sur la poitrine. Le patch doit rester en place pendant une semaine ; résistant à l'eau, il tient sous la douche.


A placer une fois par mois

L’anneau vaginal est une méthode de contraception mensuelle. Il s’agit d’un anneau flexible à introduire dans le vagin. Cet anneau contient une petite quantité de principes actifs comme dans la pilule contraceptive.
Les hormones contraceptives sont libérées au fur et à mesure. L’anneau doit rester en place exactement 3 semaines.
Au bout de cette période de 3 semaines vous avez une semaine d’arrêt, comme pour la pilule contraceptive. Pendant cette semaine des "règles" apparaissent. Les saignements commencent souvent le jour 2 ou 3 de la semaine d’arrêt. Au bout de la semaine d'arrêt de 7 jours il faut insérer un nouvel anneau.


A faire une fois par trimestre

La pilule injectable n’est pas vraiment une pilule, mais une substance contraceptive à injecter dans le muscle de la fesse une fois tous les trois mois. Cela a comme avantage que l’on n’a pas à penser à prendre sa pilule tous les jours.
L'inconvénient est qu'après l'arrêt des injections il faut souvent un certain temps avant d’avoir de nouveau un cycle menstruel normal.
La pilule injectable rend la glaire cervicale du col de l’utérus imperméable aux spermatozoïdes, elle freine l’ovulation et provoque l’amincissement de l'endomètre (paroi interne de l'utérus) empêchant la nidation. À cause de cet amincissement des saignements peuvent apparaître.


A changer tous les trois ans

Une autre solution pour administrer des progestatifs à l'organisme est l'implant. C'est un bâtonnet fin implanté sous anesthésie locale dans la partie interne du bras.
Pendant une période de trois années, l'implant diffuse dans le sang un peu de progestatif. Des petits saignements continus et intermittents peuvent apparaître durant les six premiers mois d'utilisation. Ensuite les saignements se feront plus rare. L’implant peut également entraîner une aménorrhée (disparition complète des règles). L’implant doit être remplacé tous les trois ans.


A changer tous les cinq ans

Le stérilet est un petit objet en forme de T, inséré dans l'utérus par le vagin. Il existe deux types de stérilets :

  • Le stérilet au cuivre
    Le stérilet au couvre provoque une inflammation stérile inoffensive dans l’utérus et partiellement dans les ovaires. Cette inflammation empêche la nidation de l’ovule fécondé. Le cuivre rend le stérilet plus fiable grâce à cette réaction inflammatoire. De plus, le cuivre a un effet spermicide qui le rend contraceptif.
  • Le stérilet hormonal
    stérilet hormonal ne contient pas de cuivre, mais diffuse une petite dose régulière de hormones progestatives dans l'utérus. Il diminue l'épaisseur de l'endomètre, le rendant impropre à nidation. Pour cette raison et également grâce à l’épaississement de la glaire cervicale du col de l’utérus les spermatozoïdes n’arrivent plus à se déplacer dans l’utérus.

Le stérilet peut rester en place pendant 5 ans.


Retourner en début de page

Donnez votre avis sur votre utilisation médicamenteuse

Profitez de la musique, applications, livres, etc.

Partagez vos expériences sur l’utilisation de médicament et participer ainsi au tirage pour gagner un bon cadeau
Google Playstore ou Appstore
d’une valeur de 15 euro!


Donnez votre avis!
Bon cadeau Appstore
Bon cadeau Google Playstore