La plate-forme indépendante où l'on partage les expériences avec les médicaments

La plate-forme indépendante où l'on partage les expériences avec les médicaments

This website is hosted on a Carbon neutral infrastructure. This website is hosted on a company which complies to standard ISO 27001:2005 for Information Security Management Systems.
avis par médicament

Rivotril


Epilepsie
Votre avis

Prescrit pour:
Satisfaction sur
4
3,5
3,5
4,5
3,5

104 avis
suivant > >>
Page 1 sur 4

19/10/2014
Homme, 52 ans
Satisfaction générale 4

Rivotril (clonazépam)
Crampes jambes

Satisfaction sur
4
4
4
4
ans , gouttes suites a une operation jais eu des problèmes, au niveaux des douleur celui ci et tres eficace mes l ont est tres tres dependant de plus j ais souvent envie de dormir les medecin de faire attention a ne vas je trouve la nouvelle mesure tres bien je voudrais me faire me deliver de ce medicament donc je fait le fait part etape le donner a tous vas je tr...lire la suiteouve que celjambes ,je prend du rivotril depuis depuis
23/09/2014
Femme, 56 ans
Satisfaction générale 3

Rivotril (clonazépam)
Pas dans la liste

Satisfaction sur
4
3
4
5
bonjour je suis une dame de 56ans en 1995 mon médecin m inscrit le rivotril pour calmé les crise angoisse et aujourd’hui les médecins me demande d’are ter que faire j aimerais bien aréter je n'arrive ils mon inscrite ce medecament pendant 19 ans
07/09/2014
Femme, 79 ans
Satisfaction générale 5

Rivotril (clonazépam)
Syndrome des jambes sans repos

Satisfaction sur
5
5
5
5

02/09/2014
Femme, 52 ans
Satisfaction générale 4

Rivotril (clonazépam)
Arthrose

Satisfaction sur
4
4
5
5
Depuis l'âge de 35 ans je suis réveillée la nuit par des douleurs "cervicales", je m'explique : Cela a commencé par des douleurs violentes dans les oreilles qui m'ont conduite chez un ORL qui n'a détecté aucune anomalie. En discutant avec différents professionnels de santé (kiné, médecin, orthodontiste de mes enfants) je me suis dirigée vers un dentiste "posturologue" qui ...lire la suitem'a fait porter une gouttière. Un peu d'amélioration mais rien de miraculeux car mes douleurs continuaient de me réveiller chaque nuit. j'ai essayé toute sortes d'oreillers de postures, plus ou moins bonnes pour me soulager, sans véritable amélioration. Les divers examens (radios, scanners) ont confirmé une discopathie cervicales sur plusieurs étages ; les années n'ont rien arrangé au contraire puisque les douleurs se sont aggravées et étendues aux clavicules, aux épaules et aux coudes. Vers 45 ans j'ai fini par consulter un rhumatologue qui m'a prescrit des antalgiques classiques et en plus du Rivotril à prendre le soir (5 gouttes) - je précise que je suis allergique aux anti-inflammatoires. Là, enfin un vrai soulagement ! je n'ai pas eu besoin d'augmenter les doses sauf tout récemment. Pratiquement pas d'effets secondaires à part peut-être quelques trous de mémoire, mais comme je subis depuis peu les affres de la ménopause cela en est peut-être responsable aussi... Pour éviter d'avoir à continuer ce médicament qui présente des risques de dépendance (je ne le sais pas encore) ma nouvelle rhumato m'a prescrit du Lyrica que je commence aujourd'hui. J'ai une peu le trac quand je lis tous les effets secondaires et j'espère ne pas avoir à regretter ce changement thérapeutique. Mais qui ne tente rien n'a rien...Entre les bouffées de chaleur, l'arthrose et les migraines qui on débarquées il y a 7 ans, il faut bien que je trouve quelque chose pour supporter mes nuits mais aussi mes journées. Je précise que je suis infirmière à domicile et que je suis au volant une bonne partie de ma journée. La suite sur le forum concernant le Lyrica...
14/08/2014
Homme, 58 ans
Satisfaction générale 2

Rivotril (clonazépam)
Épilepsie

Satisfaction sur
4
1
1
5
Bonjour, Suite à mon opération d'ablation de l'hippocampe en 2002, je ne suis plus épileptique mais je ne peux pas me passer de ce médicament, c'est une drogue à ne jamais toucher. Depuis janvier 2014, je suis sur une nouvelle tentative d'arrêt de cette drogue, résultats : douleurs abdominales, tension jambes, douleurs dorsales, extrasystoles, tension dans les jambes, ...lire la suite............. Cdt, Alain
23/07/2014
Femme, 38 ans
Satisfaction générale 5

Rivotril (clonazépam)
Pas dans la liste

Satisfaction sur
5
3
1
5
j'ai eu un cancer, un sarcum d'ewing à l'aile iliaque droit. chimio, autogreffe et grosse chirurgie orthopédique en 1993 et une hernie discale en 2005. douleurs affreuses mais depuis 9 ans j'ai un traitement prescrit par le centre anti douleur. il mettait prescrit du rivotril mais depuis quelque temps c'est interdit et c'est réservé aux épileptiques. c'est le seul médicame...lire la suitent qui arrivait à me soulager et en cas de crise quelques gouttes sous la langue et j'étais soulagée. pourquoi une telle interdiction alors que c'est enfin un médicament qui arrivait à me soulager. êtes vous dans le même cas?
19/07/2014
Femme, 49 ans
Satisfaction générale 5

Rivotril (clonazépam)
Troubles d'angoisse

Satisfaction sur
5
5
4
5
J'avais subit de la violence conjugale qui avait déclenché des crises d'angoisses, j'anticipais les gestes que mon époux aurait pu faire. Les symptômes étaient tellement important que je me serait jeté en bas du 6ièmes étages pour m'en libérer... et la nuit je pensais sans cesse tel un film qui défile sans jamais s'interrompre donc insomnie totale. Mon médecin m'avait alo...lire la suiters prescrit du Rivotril en comprimé 0,05mg 3 fois par jour pendant 3 mois, à cette dose je me sentais comme sur une autre planète, pas très alerte. Par la suite je prenais un comprimé avant d'aller dormir et dans la journée seulement si je faisais une crise d'angoisse et ça allait mieux. Un an plus tard j'ai divorcé donc ma vie est devenu plus calme alors j'avais passé à ½ comprimé au coucher et ce pendant quelques mois, le temps de reprendre confiance en moi. Après 2 ans j'avais complètement arrêter d'en prendre et tout allait bien. 5 ans plus tard j'ai vécu du harcèlement psychologique au travail et les crises d'angoisses ont recommencé donc j'ai recommencé à prendre du rivotril mais à faible dose, ½ comprimé en journée au besoin afin de pouvoir continuer à travailler. Après quelques années j'ai quitté mon travail... Par la suite j'ai réduit ma dose à ¼ de comprimé au coucher seulement et comme on m'avait dit qu'il y avait accoutumance je crois qu'après quelques années que ¼ de comprimé n'avait plus aucun effet donc c'est seulement la confiance qui fait que je dors bien... Pour moi le Rivotril que j'ai surnommé "Anti pensé" est un médicament miraculeux!!! J'avais des amis entrepreneurs qui faisaient de l'insomnie parce qu'ils pensaient trop et je leur avais parlé de ce médicament miracle et leurs médecins leur en avait prescrit et par la suite ils m'avaient remercié car avec le Rivotril ils avaient retrouver un bon sommeil récupérateur, eux aussi disaient que c'étaient miraculeux... Je prend encore mon ¼ de comprimé au couché et cela ne m'empêche pas d'être alerte dans la journée et pour terminer je pense que lorsqu'on n'a beaucoup souffert du manque de sommeil que le ¼ de comprimé est pris seulement de peur de ne pas dormir, une sécurité alors je me prépare psychologiquement à l'arrêter pour de bon. Très efficace et je le recommande!!! P.S. L'arrêt doit ce faire graduellement en diminuant la dose chaque semaine!!!
12/06/2014
Homme, 63 ans
Satisfaction générale 5

Rivotril (clonazépam)
Syndrome des jambes sans repos

Satisfaction sur
5
5
5
5
Depuis plusieurs décennie je souffre du syndrome des jambes sans repos, j'ai pris la connaissance de la maladie il y a deux ans environ, avant je croyais que s'était du a des problèmes circulatoire. Dès que je m'allongeais pour dormir il me venais une excitation dans les jambes, chaleur, fourmillements, léger courant électrique, difficile à décrire et donc on agite les ja...lire la suitembes pour se soulager, j'en ai pas vraiment parlé à mon médecin sinon que j'était insomniaque, je me suis habitué a prendre 1mg de noctamide avant le couché pendant des années ce qui me faisait dormir mais pas me reposer, je retrouvait le matin souvent les draps en boule au pieds du lit et j'était surtout fatigué toute la journée, envie de dormir. Donc au bout de deux ans je me décider d'aller voir un neurologue, ce dernier ne pouvant me prescrire le traitement habituel (médicament pour parkinson) à cause des effets secondaires dont j'étais un sujet à risque, m'a prescrit du Rivotril en diminuant et suppriment progressivement le noctamide. Bonheur je dois constater la disparition complète de mes problèmes de jambes et depuis un sommeil récupérateur et une bonne forme la journée. J'ai constaté en lisant nombre de fiches qu'il y a surtout des problème lorsqu'on arrête d'en prendre, parce qu'il y a accoutumance. J'ai donc pris la décision de ne jamais m'arrêter et de continuer a voir mon neurologue, de toute façon j'étais déjà drogué au noctamide , je change juste de substance mais quel différence de résultat.
suivant > >>
Page 1 sur 4

Médicaments avec le plus grand nombre d'avis

Mirena (1222) - Contraception - autre
Tramadol (554) - Douleurs - morphine
Champix (508) - Toxicomanie
Simvastatine (451) - Cholestérol
Paroxetine (432) - Dépression - antidépresseurs IRS
Effexor (422) - Dépression - antidépresseurs autre
Lyrica (350) - Epilepsie
Amoxicilline (295) - Antibiotiques - pénicillines à large spectre
Citalopram (280) - Dépression - antidépresseurs IRS
Crestor (269) - Cholestérol
Sertraline (263) - Dépression - antidépresseurs IRS
Tahor (245) - Cholestérol
Tamoxifene (225) - Cancer - hormones et antihormones
Metformine (224) - Diabètes - médicaments oraux
Lexapro (218) - Dépression - antidépresseurs IRS
Victoza (211) - Diabètes - médicaments oraux
Cymbalta (209) - Dépression - antidépresseurs autre
Concerta (181) - ADHD - psychostimulants
Deroxat (179) - Dépression - antidépresseurs IRS
Valdoxan (169) - Dépression - antidépresseurs autre